Deux auteurs pour ce nouveau titre du domaine romanche des éditions Troglodytes : Dumenic Andry et Walter Rosselli. Deux poètes. Dont l’un traduit par l’autre. Quel bonheur de réunir ici ces deux amoureux des mots et des langues, tous deux ouverts à l’œuvre d’autrui. A nouveau, dans ce cudeschin (petit livre, en romanche vallader) part belle est faite à la poésie : dix-huit textes aussi sobres que percutants, tirés du recueil sablun (Chasa editura rumantscha, 2017). « Matériel pauvre, comme le suggère Clà Riatsch dans sa lumineuse postface, refus des grandes formes et grands motifs poétiques (…). Sable : la fin d’un long processus d’érosion ». Juste métaphore pour la simplicité élémentaire de ces poèmes. Mais sous l’apparente banalité des choses évoquées, loin de tout clinquant, le mystère est surpris : «  J’ai regardé le ciel étoilé/ J’ai vu filer un vœu. » La version française de Walter Rosselli épouse étroitement le rythme et la mélodie du romanche de Dumenic Andry. Complicité annoncée par le titre où les deux langues sont jumelles, à deux voyelles près : Mal da terra, Mal de terre. Les sept proses poétiques qui complètent cette mini-anthologie posent sur la réalité (le quotidien, la société, le monde comme il va) un regard décalé, humour et sagesse mêlés, et interrogent avec finesse et ironie le statut de l’écrivain.

Denise Mützenberg

Mal da terra / Mal de terre

Dumenic Andry

Dumenic Andry est né le 7 mai 1960 à Zurich et a grandi à Ramosch. Il a étudié les langues et littératures romanes à l’Université de Zurich. Il a publié « Roba da tschel muond » (Artori, Savognin, 2002), « Uondas » (Éditions Mevina Puorger, Zurich, 2008) et « sablun » (Chasa Editura Rumantscha, Coire, 2017). Cette dernière œuvre lui a valu le prix suisse de littérature en 2018. Il publie régulièrement dans des revues et des anthologies. Dumenic Andry vit avec sa famille à Zuoz et travaille comme romaniste indépendant.

Walter Rosselli est né en 1965 à Preonzo (TI) et vit en Suisse romande. Il a traduit de nombreux auteurs de langue romanche.En 2017 est paru son premier livre « Questione di memoria » (Caosfera, Vicenza) et en 2018 « Babilonia sui generis – le bric à brac quotidien » aux éditions de la Marquise à Lausanne, petit ouvrage trilingue. En 2019 il a publié « Cuntradas imaginarias », (Coire, Chasa Editura Rumantscha).